spacer
spacer search

Fabrice Hatem's Homepage
Site personnel de Fabrice Hatem, économiste et danseur de tango

Search
spacer
header
Activité professionnelle
investissement intern.
Carrière
Autres publications
Vie personnelle
Tango
Chron. napoléoniennes
Cuba et Salsa
Famille et amis
Cinéma, danse, musique
Nouvelles et poèmes
Archipel-sur-le-Lac
 
à propos arrow Tango arrow Les éditoriaux de la Salida arrow La Salida n°43 : Osvaldo Pugliese

La Salida n°43 : Osvaldo Pugliese Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Editeur : La Salida n°43, Avril-Mai 2005

Auteur : Fabrice Hatem

ImageEditorial : Osvaldo Pugliese 

Il y a un siècle naissait Osvaldo Pugliese. Un anniversaire que notre équipe a voulu commémorer à travers de numéro spécial de La Salida. Nous avons pu pour cela nous appuyer sur une exceptionnelle abondance de contributions, fruit de l'enthousiasme des auteurs préssentis. Un signe parmi d'autre de la place exceptionnelle que tient cet artiste dans la culture tango. 
 
Pugliese, c'est d'abord une musique qui concilie le respect de la tradition tanguera et des formes de l'art populaire avec une formidable capacité d'invention. C'est aussi une musique qui peut être à la fois appréciée des mélomanes, pour sa haute valeur artistique, et des danseurs, pour sa capacité à jouer avec leurs sentiments et à guider leurs pas. C'est enfin, une trajectoire artistique exceptionnellement longue, qui constitue le trait d'union entre les rénovateurs « Guardia Nueva » des années 1920, et des orchestres contemporains comme Color tango ou Fernandez Fierro. 
 
Décédé il y a seulement 10 ans, Pugliese laisse derrière lui de nombreux temoins vivants et - oh  combien ! - actifs que nous avons pu interroger. Juan José Mosalini et Roberto Alvarez, qui firent partie de son orchestre, témoignent ainsi du climat très particulier qui y régnait : rigueur mais aussi écoute et générosité, caractère collectif du travail, organisation en coopérative dans la ligne des convictions politiques de Pugliese. Tous gardent un souvenir lumineux du Maître et de sa profonde Humanité.
 
Mais Pugliese était également un militant communiste, et il paya cher cet engagement : par la prison et les entraves mises à l'exercice de son art. Jean Luc Thomas et la veuve du Maître, Lidia Elman, reviennent sur cet aspect fondamental de sa vie, peu connu des danseurs français, et qui ne fut pas sans conséquences sur sa pratique artistique. 
 
D'autres articles de ce numéro spécial vous proposent des analyses plus détaillées sur différents aspects de l'œuvre de Pugliese :  le rôle fondamental de la rythmque, son répertoire poétique et ses chanteurs, l'immence discographie qu'il nous a laissée...
 
Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à venir assister à la conférence donnée par l'orchestre Color tango sur le maître le 9 avril prochain à Paris. Juré, ce n'est pas de la publicité rédactionnelle pour les activités de notre association : c'est vraiment un événement intéressant à ne pas manquer. 
 
Fabrice Hatem

Pour consulter le sommaire complet de ce numéro, cliquez sur : www.lasalida.info

Pour en savoir plus sur Pugliese : http://fabrice.hatem.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=834&Itemid=46
 

< Précédent   Suivant >
spacer
Espace privé

 
Copyright (C) 2004 - 2019 - Fabrice Hatem / powered by Mambo cms
spacer